fbpx

 Le calvaire dentaire d’Angie Barlow : une décennie de glu et de douleur

Dans une histoire aussi étrange que troublante, une mère britannique de 48 ans, Angie Barlow, elle, a fait les gros titres des médias après avoir révélé une pratique dentaire des plus inhabituelles. Pendant une décennie entière, Barlow a préféré recoller ses dents avec de la glu plutôt que de faire face à sa phobie du dentiste, une peur qui a finalement entraîné la dégradation dramatique de sa santé bucco-dentaire.

La peur paralysante d’Angie Barlow

La peur profonde et persistante du dentiste d’Angie Barlow trouve ses racines dans le décès tragique de sa mère des suites d’un cancer de la gorge. Cette expérience traumatisante a semé en elle une méfiance incontrôlable envers les professionnels dentaires, l’amenant à éviter tout rendez-vous dentaire à tout prix.

« J’ai toujours eu peur du dentiste parce que ma mère est décédée à 34 ans d’un cancer de la gorge. Elle s’est fait arracher une dent et c’est comme ça qu’ils ont découvert qu’elle avait un cancer. Cette peur a toujours été dans mon esprit », a-t-elle déclaré au média britannique Mirror.

Face à sa phobie, Barlow a développé une routine de soins dentaires improvisée, consistant à recoller ses dents avec de la glu chaque fois qu’elles se détachaient. « Quand la dent sort, je mets juste un peu de colle et j’essaie de la maintenir en place pour la maintenir… pour ne pas avoir d’espace entre mes dents. J’ai utilisé de la colle sur le dessus de la dent, puis je l’ai remise en place jusqu’à ce que la colle soit prise ». Cette méthode désespérée était pour elle un moyen pour échapper au dentiste, mais elle a eu des conséquences graves sur sa santé bucco-dentaire à long terme.

Des répercussions désastreuses sur la santé bucco-dentaire d’Angie Barlow

Au fil des années, l’accumulation de colle a remplacé progressivement sa dentition naturelle, entraînant une détérioration significative de son apparence physique et de sa confiance en elle. Son sourire, autrefois source de confiance et de joie, est devenu un sujet de honte et d’embarras, l’isolant du monde extérieur et même de sa propre famille.

« Je me sens tellement gênée que je ne le fais pas, vous savez, je ne vais vraiment nulle part.  Même en entrant dans le magasin, je me sens gêné. Même devant mon fils, je suis gêné de m’asseoir et d’avoir une conversation avec lui. Alors, je vais simplement détourner la tête pendant que je lui parle. La moitié du temps, je parle avec la main sur la bouche ».

La négligence persistante de sa santé bucco-dentaire a finalement entraîné la perte de jusqu’à 90 % des os de sa mâchoire supérieure, nécessitant une intervention chirurgicale d’urgence pour rétablir une certaine forme de normalité. Les médecins ont dû arracher 11 dents restantes et utiliser une broche en titane pour greffer 12 implants dentaires, une procédure complexe qui a duré plusieurs heures. « Vraiment, c’est un dentier. Elle s’est confectionnée un dentier avec de la superglu et du calcul… le simple fait de le retirer de sa bouche lui permettra de se sentir bien mieux » s’étonne le dentiste chargé de la soigner.

De plus, les médecins impliqués dans son traitement ont souligné que le tabagisme était un facteur majeur contribuant à la dégradation de sa santé bucco-dentaire. L’association entre le tabagisme et les problèmes dentaires est depuis longtemps établie, le tabac étant un facteur de risque majeur pour les maladies des gencives et d’autres complications bucco-dentaires graves.

L’histoire d’Angie Barlow est un rappel poignant des conséquences dévastatrices que peut avoir la négligence de la santé bucco-dentaire, ainsi que des dangers de la phobie du dentiste non traitée. La prévention, la vigilance et un suivi régulier chez le dentiste sont essentiels pour maintenir une bonne santé bucco-dentaire et éviter des problèmes graves à long terme.