fbpx

« Il faut arrêter de comparer les anciens et la nouvelle génération», M. Pokora revient sur son clash avec Aya Nakamura

Pendant la pause bien méritée de son “Epicentre Tour”, une tournée exceptionnelle marquant ses deux décennies de carrière, M. Pokora a accepté l’invitation de Léna Situations à participer au podcast “Canapé six places”. L’occasion pour le célèbre artiste de revenir sur son clash avec Aya Nakamura datant de 2020.

Aya Nakamoua tacle M.Pokora suite à sa victoire

C’est lors de l’entretien avec l’influence que l’ancien membre des Linkup est revenu sur l’affaire qui l’a opposé à Aya Nakamura en 2020. Le tumulte a éclaté sur les plateformes de médias sociaux en raison la victoire de M. Pokora aux MTV EMA. Le chanteur a remporté le titre de “Meilleur artiste français”, surpassant des concurrents tels que Soprano, Gims, Vitaa, Slimane, et même Aya Nakamura. Cette dernière a alors écrit dans un tweet « Il a gagné pour quel son ? Rien contre lui, mais il n’est même pas dans le Top 10 ». Bien que son commentaire ait été effacé après quelques minutes seulement, ce fut suffisant pour déclencher une vague de réactions sur les réseaux sociaux.

Les chiffres ne sont pas tout pour M. Pokora

À l’époque, le célèbre chanteur s’est déjà exprimé sur la polémique. Selon lui, on accorde trop d’importance aux chiffres. M. Pokora rappelle les propos tenus par Aya Nakamura sur le plateau de Touche pas à mon poste : «  Là où elle a fait une erreur, c’est quand elle parle de Top 10. C’est quoi, le Top 10 streaming ? Non, le Top 10 streaming, je n’y suis pas. Par contre, le Top 10 physique, j’y suis depuis dix-sept ans. Le Top 10 de remplissage de tournée, j’y suis, et depuis 17 ans »  a-t-il déclaré sur le plateau de TPMP.

Le succès selon M. Pokora

Lors du podcast de Léna Situations, le chanteur revient sur l’affaire en exprimant sa vision des choses. Pour M. Pokora, le véritable succès se mesure à la capacité de remplir des salles, et non pas aux nombres d’écoutes en streaming comme l’avait suggéré Aya Nakamura. « Si on peut remplir Bercy, mais pas le Zénith de Dijon, c’est que notre succès reste limité », souligne-t-il avant de poursuivre son analyse : « Ça veut dire que tu es très parisienne, grandes villes, mais dans le reste de la France, tu as du mal… ».

Il précise également l’importance de proposer un spectacle de qualité et un répertoire riche pour attirer les spectateurs : « Après, il faut être suffisamment bon sur scène et avoir un répertoire assez riche pour que les gens viennent ». L’artiste rappelle avec fierté : « Dans ma carrière, j’arrive à cette étape-là. Sur ma setlist, il y a 15 titres que tu connais même si tu n’as jamais acheté un de mes albums parce que tu les as tous déjà entendus une fois ou plus ». Avant de conclure : « Il faut arrêter de comparer les anciens et la nouvelle génération. Dans les carrières qui ont plus de 20 ans, les plus gros tubes ils sont plus derrière toi que devant toi. Il faut juste accepter ça ».